le judo, une inspiration de la nature

En observant les branches chargées de neige et voyant les plus grosses casser sous le poids de l’agresseur naturel et les plus souples s’en débarrasser en pliant, un moine japonais fit le constat suivant : le souple peut vaincre le fort.
S’inspirant de cette observation et des techniques de combat des samouraïs, Jigoro KANO posa en 1882 les principes fondateurs d’une nouvelle discipline : le Judo, littéralement « voie de la souplesse ».

 

En proposant un développement physique, moral et spirituel, le Judo permet aux judokas de s’épanouir en harmonie avec eux-mêmes et surtout avec les autres.
En France, le judo apparaît dans les années trente, mais il se développe surtout après la deuxième guerre mondiale sous l’impulsion de Maître KAWAISHI et de Paul BONET-MAURY, président-fondateur de la Fédération Française de Judo en décembre 1946.

 

Franchi en 2003, le cap des 580 000 licenciés place désormais la FFJDA comme la troisième fédération « olympique » en France. Cette réussite est l’histoire d’une passion partagée depuis toujours par tous les acteurs du Judo français, dirigeants, professeurs et pratiquants dans le respect des valeurs morales conformes à l’éthique du Judo.

 

A partir des années 60, le courant sportif devient dominant. Le judo est inscrit au programme des Jeux Olympiques de Tokyo en 1964. Brillants lors des compétitions européennes, les judokas français obtiennent leurs premiers succès en 1972 aux Jeux de Munich, puis au Championnat du monde de Vienne en 1975 où Jean-Luc ROUGE devient le premier champion du Monde français. Depuis, les résultats français n’ont fait que progresser tant chez les garçons que chez les filles. En 2000, aux Jeux Olympiques de Sydney, David DOUILLET devient le judoka le plus titré de tous les temps. (4 fois Champion du Monde et 2 fois Champion Olympique).

 

 

 

 

le code moral

 

Amitié

 

 

 "C'est le plus pur des sentiments humain"

 

 

Courage

 

  

"C'est faire ce qui est juste"

 

 

Sincérité

 

 

"C'est s'exprimer sans déguiser sa pensée"

 

 

Honneur

 

 

"C'est être fidèle à la parole donnée"

 

Modestie

 

 

"C'est parler de soi même sans orgueil"

 

Respect

 

 

"Sans respect aucune confiance ne peut naître"

 

Contrôle de soi

 

 

"c'est savoir se taire lorque la colère monte"

 

Politesse

 

 

"C'est le respect d'autrui"

 

 

 

 

 

code moral ceintures noires.pdf
Document Adobe Acrobat [240.0 KB]

 

 

 

 

principes philosophiques

 

 

 

Ju Do
La voie de la Souplesse

En pratiquant le Judo et après avoir bien compris les fondamentaux du Judo,
le Judoka se rendra compte que la force peut être vaincue par la souplesse.

 



L'histoire dit que Jigoro Kano créa le Judo après s'être rendu compte
que la neige abondante faisait craquer les grosses branches d'arbre et fléchir
le frêle roseau.

 

 

 

 

Seirioku Zenyo


Minimum d'énergie, Maximum d'efficacité

Principe de l'utilisation efficace de l'énergie

Un mouvement de  Judo, aussi bien d'attaque que de défense, correspond quand il est correctement  exécuté, à la meilleure utilisation de l'énergie physique et mentale du judoka  ou, en d'autres termes, au rendement maximal; la victoire est obtenue avec la  dépense minimal d'énergie.

 



Le Judo apprend donc aux pratiquants à faire en toutes circonstances le  meilleur emploi de leur énergie physique et mentale.

Pour Jigoro Kano, cette formation est valable pour toutes les circonstances de la vie et son Principe de l'utilisation efficace de l'énergie permet d'assurer
non seulement le progrès de l'individu mais aussi ceux d'un groupe de personnes  ou d'une société.

 



L'utilisation efficace de l'énergie est un grand principe du Judo; rien ne
sert de s'éparpiller en une multitude de gestes inutiles, le principal est
d'étudier les mouvements de l'adversaire, ses déplacements et d'adapter son
attaque à ces paramètres.

 

 

 

 

Jita Yuwa Kyoei


Entraide et prospérité mutuelle

Le Judo est une école où, bien sur, il y a des professeurs (Sensei) qui ont un savoir qu'ils transmettent, mais aussi des élèves (Sempai) qui, par leur pratique commune, apprennent aux autres et des autres. Chacun peut apprendre de chacun.

 



C'est en partageant les connaissances que chaque pratiquant peut s'enrichir tant sur les connaissances techniques que sur l'aspect relationnel.

Le Judo est une école de la vie ou quelque soient les motivations de départ du pratiquant, chaque Judoka, par sa pratique, doit tirer profit, s'enrichir et prospérer pour son bien-être tout en faisant en sorte que les autres puissent en faire autant.

 



C'est le devoir des plus gradés de servir, d'aider les moins avancés. Ilconvient d'écouter leurs conseils avec attention.

 



"Le développement harmonieux d'un groupe humain n'est possible qu'aux prix de concessions mutuelles." (Jigoro Kano)

 

 

 

 

 

Shin Gi Tai

Valeurs morales, techniques, corporelles

Le Judo est un sport olympique, mais c'est aussi une école
de la vie.

Au cours de l'apprentissage, le pratiquant acquerra des valeurs. Ces valeurs
peuvent être classées en trois groupes :

 

 

 

 

Shin
les valeurs Morales

 

 

C'est l'apprentissage des valeurs du Code Moral du Judo.
L'esprit du Judo a été traduit en quelques mots (huit au total), tels que la Politesse, le Courage, la Sincérité, l'Honneur, la Modestie, le Respect, le Contrôle de Soi et l'Amitié. 

 

 

 

Gi
les valeurs Techniques

 

 

C'est l'apprentissage des techniques du Judo permettant au pratiquant de se
débarrasser de son adversaire.
 

Outre l'apprentissage des techniques et de leur nom, il y a aussi la compréhension de ces prises.

 

 

 

Tai
les valeurs Corporelles

 

 

 

Bien dans son corps, bien dans sa tête.